Tous à vos fourneaux

A la mémoire de ma mère « Zouzou »

4 mars, 2012

ROCH HODESH NISSAN A TUNIS

Classé dans : Coutume,Pessah,Roch Hodesh — fanfan18unblogfr @ 8:11

djerba.jpg

Écrit par www.hassidout.org   

Comme le premier Nissan est un Roch Hachana spécial, celui des Rois d’Israël, pour le décompte  de leur règne (Michna Roch Achana 1.1), il est célébré à Tunis et à Djerba de manière solennelle .

A Tunis
La coutume veut que l’épouse allume la veilleuse d’huile à mèche de coton comme chaque veille de Roch Hodech. Puis chaque membre de la famille, par ordre d’âge,  glisse un bijou en or ou en argent, en faisant un voeu, pour que l’année soit prospère. Les femmes glissent leur alliance et tous font bien attention de ne pas éteindre la veilleuse, lors de cette cérémonie.

A Djerba
La communauté de Djerba remplit la tradition de la Bshisha dont voici quelques détails : La bshisha est un mélange, moulu très fin, de blé et d’orge additionné d’épices coriandre et fenouil (anis). Certaines communautés ont coutume d’ajouter des dattes, des amandes, des noix, des raisins secs, etc… (vendu chez certains commerçants).


Comment procéder ?
On place la bshisha dans une assiette creuse. Tous les membres de la famille tendent l’index vers le centre de l’assiette. Le chef de famille tient dans une main une clé (mâle, non creuse) et dans l’autre main une bouteille d’huile, fait couler l’huile sur les doigts tendus et sur la clé puis tous mélangent la bshisha et l’huile en prononçant la phrase suivante :  » Khalat el Abshisha bel neftah ya fetah hon alina ya moulana ya razak « , que l’on peut ainsi traduire ; mélangeons la bshisha avec la clé, pour toi l’Eternel qu ouvre les portes du Bien. Offre-nous Ta grâce, Toi Notre Créateur miséricordieux « . Après avoir mélangé, on goûte l’amalgame.

Deux coutumes pratiquées par un grand nombres de juifs d’Afrique du Nord.
Effectivement la coutume d’allumer une veilleuse et d’y tremper un bijou ou une pièce en or exclusivement, et non en argent, est selon certains avis, pour la réparation de la faute du « veau d’or ».
En effet, nos fautes ne peuvent être réparées que par notre Téchouva. C’est pourquoi  la Torah mentionne l’inauguration du Tabernacle après la faute du veau d’or. Cette inauguration fut effective Rosh Hodesh Nissan pour nous rappeler que seul le Service Divin nous mènera vers la Guéoula.L’or fait référence ici au « veau d’or » mais aussi et surtout, à l’or offert par les Bnei Israel pour la construction du Tabernacle. Ce métal précieux qui, dans le Midrach, fait référence au « Baal Téchouva ». Tandis que l’argent fait référence au « Tsadik » et  le bronze au « Racha ».Tous les juifs sont donc réunis autour du Service Divin. C’est la raison pour laquelle seuls ces trois métaux sont utilisés pour la construction du Tabernacle et du Beth Hamikdach.
Pourquoi tant de réfférence au Tabernacle? Parce-qu’il fut inauguré justement ce jour de Roch Hodech Nissan. Comme nos Maitres, de mémoires bénie, nous l’enseignent : « C’est au mois de Nissan que les enfants furent libérés (cf sortie d’Egypte) et c’est au mois de Nissan q’ils seront libérés » (cf Temps messianiques et Guéoula Chéléma).
Depuis des générations, les juifs sépharades allument une veilleuse d’huile, faisant ainsi référence à l’huile de la Ménora (le Candélabre en or) en demandant à D.ieu de nous ouvrir la Porte de sa Clémence afin d’accéder enfin à la Délivrance, Pessah étant la période propice pour radoucir le Jugement Divin.Quant à la « Bshisha », avec l’accent local, elle a pour origine sémantique le mot « bassissa », « la base » en hébreu, cette curieuse coutume qui fait référence au Korban Min’ha (le sacrifice de remerciement), une sorte d’omellette ou de crèpe, pour remercier l’Eternel de Ses bienfaits.  Très justement, la « Bshisha » est elle aussi constituée de farine, d’huile etc…, les même ingrédients utilisés pour ce sacrifice, car à Rosh Hodesh Nissan nous célébrons l’inauguration du Tabernacle dans le désert.

Le Tabernacle, qui est « la base » de notre service divin et de nos sacrifices, fut inauguré trés justement cette même date. C’est pourquoi, chaque année, nous mangeons cette « Bshisha » qui vient nous rappeller que l’essentiel aux yeux de D.ieu, pleurant chaque juif vivant loin des règles de la Torah, est notre Téchouva (raison pour laquelle l’or fait référence au « Baal Techouva », plus précieux que l’argent et le bronze).

Notre Téchouva (repentir) est la seule action pouvant ouvrir la porte de la Guéoula et du 3ème Temple. C’est pourquoi nous utilisons une clef lors de la dégustation, afin d’implorer D.ieu de nous « ouvrir cette porte » car c’est au mois de nissan que nous seront libérés!!!

Laisser un commentaire

 

Italien-Pasta |
La Passion du Pigeon |
jennybouill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cuisine facile
| le coin des délices de zahida
| Que c'est bon !!!