Tous à vos fourneaux

A la mémoire de ma mère « Zouzou »

15 décembre, 2016

SOUFGANIOTH OU BEIGNET DE HANOUKA

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 10:31

photo 1           photo 3        photo 5

 

Pour 24 beignets environ : 

  • 500 g de farine tamisée
  • 1 carré de levure fraîche ou 2 cuillères à soupe de levure instantanée
  • 3 cuillères à soupe de sucre
  • 3 oeufs
  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • 1 verre d’eau tiède 
  • ¼ de cuillère à café de sel
  • huile pour friture
  • Pour la décoration :
  • sucre glace
  • 1 pot de confiture (cassis ou groseille ou confiture de lait etc…)

Mélanger tous les ingrédients pour obtenir une pâte élastique (si vous utilisez la levure fraîche délayée dans un peu d’eau tiède, si vous utilisez de la levure instantanée la mélanger directement à la farine). Couvrir la pâte et laisser lever dans un endroit chaud 1 heure ou plus, elle doit doubler de volume. Poser la pâte sur un plan de travail fariné et l’abaisser à 2 cm d’épaisseur environ. Découper des cercles de 5 cm de diamètre à l’aide d’un verre ou d’un emporte-pièce. Saupoudrer de farine et recouvrir avec un torchon. Laisser reposer 20 minutes environ jusqu’à ce que les cercles de pâte aient gonflé. Préparer un bain de friture de 180°. Faire frire les beignets 3 à 4 minutes de chaque côté en plusieur fois. Ne pas en faire frire trop en même temps, sinon la température de l’huile baisserait et les beignets boiraient trop d’huile. Sortir avec une écumoire et écouter sur du papier absorbant. Remplir de confiture une petite poche à douille. Quand les beignets ont un peu refroidi, pratiquer une petite ouverture latérale dans chaque beignet. Enfoncer le bec dans le beignet et introduire environ 1 cuillerée à café de confiture. Mettre du sucre glace dans un petit plat peu profond. Rouler chaque beignet fourré dans le sucre. Servir chaud.  

14 décembre, 2016

GAUFRES

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 11:28

gaufres.jpg

Pour 12 gaufres :

  • 250 g de farine
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 150 g de sucre
  • 100 g de beurre
  • 3 oeufs entiers
  • ½ litre de lait
  • sel

Au choix :

  • Eau de fleur d’oranger, vanille, citron, rhum…..

Faites tiédir le lait pour y faire fondre le beurre. Mettez la farine dans une terrine et la levure. Au centre, déposez le sucre, les oeufs, le sel. Tournez avec une cuillère en bois puis incorporez peu à peu le lait et le beurre, la pâte doit être bien battue, sans grumeaux. Incorporez enfin le parfum choisi. Faites chauffer le gaufrier, huilez-le, déposez vivement sur les plaques 2 à 3 cuillerées à soupe de pâte. La cuisson demande 4 à 5 minutes. Quand la gaufre est cuite, détachez-la délicatement du gaufrier. Laissez-la tiédir et servez-la avec du sucre glace, de la confiture ou de la crème chantilly, selon votre goût.  

 

 

 

 

CREPES

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 11:19

crpes2.jpg

Pour 12 crêpes :

  • 250 g de farine
  • ½ cuillère à café de sel
  • 2 cuillères à soupe de sucre
  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • ½ litre de liquide (moitié eau, moitié lait)
  • 3 oeufs
  • Parfum au choix

Mettez la farine dans une terrine, faites un puits, versez-y la moitié du liquide. Délayez peu à peu. Quand la farine est parfaitement hydratée, incorporez les oeufs battus en omelette. Mettez l’huile, le sel et le sucre. Versez le reste de liquide jusqu’à ce que la pâte soit coulante mais non liquide. Parfumez au choix. On peut faire la pâte rapidement dans un robot de cuisine. Si on mélange la farine et la moitié du liquide avant d’ajouter les autres ingrédients, inutile de faire reposer la pâte. Dans une poêle chaude et graissée, versez ½ louche de pâte. Nappez le fond. Au bout de quelques secondes de cuisson, les bords se soulèvent et se décollent. Lorsque la crêpe se détache de la poêle, retournez-la à l’aide d’une spatule pour cuire l’autre face. Faites glisser la crêpe cuite sur un plat maintenu au chaud.

 

 

SFENDJ OU BEIGNET « DE LA PREMIERE DENT »

Classé dans : Coutume,Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 10:29

 

p1010038.jpg   

Autrefois les juifs du Maghreb dès qu’un bébé perçait sa première dent, la coutume voulait que les grands-mères préparent des beignets enrobés de sucre en poudre ou de miel. Toute la famille se réunissait pour venir déguster ces sucreries. 
Actuellement pour tous événements joyeux on réalise ces beignets.
Pour 30 beignets environ :
  • 1 kg de farine tamisée
  • 2 verres d’eau tiède
  • 2 cubes levure fraîche ou 4 cuillères à soupe pleine de levure instantanée
  • 1 cuillère à moka rase de sel
  • huile pour friture

Faites dissoudre la levure dans un verre d’eau tiède (si vous utiliser la levure instantanée la mélanger directement à la farine). Dans une terrine mélangez tous les ingrédients.

Ajoutez-y un verre d’eau tiède.

Pétrissez longuement la pâte de façon à obtenir un mélange très léger, moelleux et élastique (ajoutez un peu d’eau si nécessaire).

Couvrez d’un linge propre et laissez lever 2 heures voir plus, il faut que la pâte ait doublé de volume.

Préparez l’huile de friture. 

Prélevez une petite boule de pâte avec les mains huilées, trouez-la en son centre et étirez-la de façon à obtenir une couronne.

Plongez chaque couronne au fur et à mesure dans l’huile chaude. Ne pas faire frire plus de deux beignets à la fois.

Laissez gonfler et dorer.

Égouttez sur du papier absorbant.

Vous servirez ces beignets chauds, saupoudrés de sucre semoule ou accompagnés de miel et de graines de sésame.

13 décembre, 2016

BUGNES OU BUGNES LYONNAISE OU MERVEILLES

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 10:23

bun1.jpgbun2.jpgbun4.jpgbun5.jpg

Pour 6 personnes environ : 

  • 250 g de farine tamisée
  • 50 g de beurre ramolli ou de margarine parevé goût beurre
  • 2 oeufs
  • 30 g de sucre en poudre
  • 1 cl de fleur d’oranger
  • 1 pincée de sel
  • huile pour friture
  • sucre glace

Dans un récipient mettre la farine et le beurre ramolli.Faire une fontaine et verser au centre la fleur d’oranger, les oeufs battus, le sel, le sucre. Mélanger. Former une boule. Couvrir d’un film plastique et réserver au frais 2 heures. Sur un plan de travail fariné, abaisser la pâte au rouleau sur 3 à 4mm d’épaisseur. Détailler des bandes de 10 cm sur 4 cm et couper des rectangles et/ou au centre faire une entaille de 5 cm. Y passer une des extrémités comme pour faire un noeud. Plonger les bûgnes dans l’huile chaude 170 à 180°. Les retourner une fois et les retirer avec une écumoire lorsque les bûgnes sont dorées. Bien les égoutter sur du papier absorbant. Les dresser sur un plat et les saupoudrer de sucre glace. 

12 décembre, 2016

CHOUX CHOUX DE HANOUKA

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 10:30

14.jpg21.jpg31.jpg41.jpg

Simple et rapide à faire : 30 beignets environ :

  • 250 ml d’eau
  • 100 g de beurre (ou margarine parevé)
  • 4 oeufs
  • 125 g de farine
  • 10 g de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel

Même technique que la pâte à choux. Mettre l’eau, le sel, le sucre, et le beurre coupé en petits morceaux. Portez le tout à ébullition (le beurre doit fondre en même temps que l’eau). Retirez l’eau du feu et jetez-y la farine d’un seul coup. Mélangez à la cuillère en bois doucement puis remettre sur le feu pour dessécher la pâte deux à trois minutes, de manière à ce que la pâte ne colle plus ni à la spatule, ni à la casserole. Mettre la pâte dans un saladier, et y mélanger les oeufs un à un. Vous devez vérifier la consistance après chaque oeuf. Quand vous la soulevez avec la cuillère, cela doit former un petit crochet. Faites chauffer l’huile à 180°. Prélever de la pâte à choux en utilisant une petite cuillère. Déposez chaque boule dans l’huile et faites frire 2 minutes environ, jusqu’à ce que chaque beignet soit doré. Egouttez-les sur du papier absorbant. Mettre sur un plat et les saupoudrer de sucre glace avant de servir.

 

 

11 décembre, 2016

BOULES AU MIEL

Classé dans : Coutume,Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 10:00

pboulesaumiel.jpg

Un grand classique de la pâtisserie tunisienne !

30 petits choux environ :

  • 25 cl d’eau
  • 4 oeufs
  • 50 g de margarine ou d’huile d’arachide
  • 125 g de farine
  • 2 morceaux de sucre
  • 1 pincée de sel
  • huile d’arachide pour friture
  • 300g de miel + 2 cuillères à soupe d’eau pour le sirop 

Dans une casserole, faire bouillir l’eau, le sel, le sucre et la margarine. Hors du feu, verser la farine en pluie d’un seul coup, délayer à la spatule. On obtient une pâte ferme et sèche. Remettre 2 à 3 minutes sur un feu moyen en remuant sans arrêt. Le mélange ne doit ni attacher ni colorer. Quand la pâte se détache des parois de la casserole, la retirer du feu et incorporer les oeufs un à un. Chauffer une bonne quantité d’huile dans une friteuse. Prélever la pâte par cuillerées à soupe entières et la laisser tomber dans le bain de friture. Les boules gonflent et dorent. Les retirer et les égoutter.

LE MIEL :

  • Faire bouillir le miel avec 2 cuillères à soupe d’eau
  • Plonger les boules dans le miel, les retirer et les disposer sur le plat de service

10 décembre, 2016

MOUFLETA OU MOFLETA

Classé dans : Coutume,Hanoucca,Mimouna,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 10:00

p1010047.jpg

p1010049.jpg

p1010048.jpg

p1010046.jpg

  • 1 kg de farine
  • 40 g de levure de boulanger
  • 3 verres d’eau tiède
  • ¼ de verre d’huile

Dans un saladier, mettre la farine, y faire un puits et ajouter la levure délayée dans l’eau tiède 1 verre, l’huile, 2 pincées de sel, remuer tout en incorporant le contenu de 2 verres d’eau tiède.

Sortir la pâte du récipient, puis la pétrir plusieurs minutes, la pâte doit être lisse mais malléable sans coller.

Former des boules de pâte de la taille d’un oeuf, les disposer bien écartées sur un plateau et laisser lever la pâte 2 heures.

Mettre à chauffer, à feu doux, une poêle graissée, puis se graisser les mains. Prendre une assiette plate, la graisser à son tour avec quelques gouttes d’huile, y déposer une boule de pâte et l’aplatir sur toute la surface de l’assiette comme une pizza, pour avoir une sorte de crêpe.

La glisser alors dans la poêle chauffée, la laisser cuire 2 minutes, puis la retourner. Procéder de la même façon pour la deuxième boule, puis les autres, mais attention, vous poserez la deuxième moufleta dans la poêle par-dessus la première et vous les retournerez toutes les deux à la fois, de façon à ce que la nouvelle moufleta se trouve dessous, et ainsi de suite chaque fois qu’on en ajoute une nouvelle.

Ce procédé permet de cuire chaque moufleta tout en conservant les autres au chaud. Ajouter du beurre, du sucre ou de la confiture pour les consommer. 

9 décembre, 2016

HANOUKA MITSVA D’ALLUMER LA ‘HANOUKIYA

Classé dans : Hanoucca — fanfan18unblogfr @ 21:05

 

La Mitsva d’allumer la ‘HANOUKIYA

 

On doit veiller attentivement à allumer la ‘Hanoukiya tous les huit  jours, car c’est une Mitsva de grande importance et d’ influence spirituelle. Les zélés de cette Mitsva (et celle de l’allumage des lumières de Chabbat) mériteront d’avoir des fils Talmidé ‘Hakhamim (érudits en Thora).

 

Les Lumières de la ‘HANOUKIYA

1. La meilleure façon d’effectuer la Mitsva est d’ allumer des mèches de coton trempées dans l’huile d’olive, le miracle s’étant produit à partir de l’huile d’olive. Les autres huiles et toutes sortes de mèches sont toutefois valables ainsi que des bougies de cire ou de paraffine.

 

2. Il est interdit de tirer profit de la lumière de la ‘Hanoukiya. On ne doit même pas utiliser une mèche pour en allumer une autre, mais on peut se servir du Chamach (la 9eme mèche auxiliaire) pour allumer l’une des 8 lumières principales de la ‘Hanoukiya. Cette mèche devra être distincte des 8 autres.

Le moment d’allumer

1. On doit allumer les lumières de ‘Hanouka à la tombée du soir (à la sortie des étoiles). Certains Sages pensent qu’il faut allumer un quart d’heure avant la sortie des étoiles. Si on a oublié d’allumer à la tombée du soir ou que l ‘on a laissé passer ce moment, on s’empressera d’ allumer dans le courant de la demi-heure qui suit , qui est l’intervalle de temps principal fixé pour l’allumage et pour la proclamation du miracle à travers ces lumières. Passé cet intervalle, on peut à la rigueur allumer à n’importe quelle heure de la nuit.

2. La ‘Hanoukiya doit rester allumée pendant une demi-heure au minimum. Elle doit donc contenir suffisamment d’huile pour entretenir les lumières durant une demi- heure. Si on l’allume un quart d’heure avant l’apparition des étoiles selon l’opinion mentionnée précédemment, il faut prévoir de l’huile pour un temps minimum de 45 minutes.

3. A l’heure de l’ allumage, on s’abstiendra de manger, on n’entreprendra rien, même pas l’étude de la Torah, jusqu’après l’allumage.

4. L’ allumage de la ‘Hanoukiya le soir de Chabbat doit bien entendu s’effectuer avant l’entrée du Chabbat et il précédera celui des bougies de Chabbat. La Hanoukiya doit alors contenir suffisamment d’huile pour entretenir les lumières une demi-heure après l’apparition des étoiles. Ce vendredi, on prie Mine’ha avant l’allumage de la‘Hanoukiya.

5. A l’issue de Chabbat, nous avons l’habitude de dire en premier lieu la Havdala et puis d’allumer immédiatement la ‘Hanoukiya. Cependant, on peut interchanger l’ordre.

Où placer la ‘HANOUKIYA ?

1. Afin de publier le miracle, on place la ‘Hanoukiya à l’entrée de sa maison si elle donne sur la rue.

2. On ne doit pas placer la ‘Hanoukiya à moins de 30 centimètres au dessus du sol, et de préférence à pas plus de 1 mètre du sol.

3. Même si on dépasse cette hauteur, on remplit son obligation tant que la‘Hanoukiya est visible de sorte que ses lumières servent de rappel des miracles et des prodiges dont D… a gratifiés nos ancêtres.

4. Il est recommandé de placer la ‘Hanoukiya près de la porte du coté gauche, afin d’avoir la Mézouza à sa droite et la ‘Hanoukiya à sa gauche, et être ainsi entouré de Mitsvot.

5. Si la porte d’entrée ne donne pas sur la rue parce qu’on habite un étage élevé on mettra la ‘Hanoukiya près de la fenêtre à un endroit visible de l’extérieur.

 

 6. S’il est dangereux de rendre la Mitzva manifeste, on placera la ‘Hanoukiya à l’intérieur et on se contentera de la proclamation du miracle pour la famille.

 

Comment allumer la ‘HANOUKIYA ?

1. Le premier soir, avant d’allumer la ‘Hanoukiya, on dit trois Bérakhot :

 

A) Baroukh Ata Ado-nay Elo-henou Melekh Haolam Achère Kidechanou Bemitsvotav Vetsivanou Lehadlik Ner ‘Hanouka (Beni sois-Tu … qui nous a introduits dans la Kédoucha à travers ses Mitsvot et nous a prescrit d’allumer la lumière de ‘Hanouka).

 

B) Baroukh Ata Ado-nay EIo-hénou Mélekh Haolam Chéassa Nissim Laavoténou Bayamim Hahem Bazémane Hazé. (Béni.. qui a fait des miracles en faveur de nos pères en ces jours, à cette même période).

C) Baroukh Ata Ado-nay Elo-hénou Mélekh Haolam Chéhé’héyanou Vekiyémanou Véhiguianou Lazémane Hazé. (qui nous a conservés et protégés et nous a fait atteindre cette période).

 

2. On allume tout de suite après les Bérakhot, mais pas pendant qu’on les prononce. Les soirs suivants, on ne dit que les deux premières Bérakhot, car Chéhé’héyanou ne se récite qu’à l’inauguration. Si par suite d’un empêchement on n’a pas allumé le premier soir, lorsque le deuxième soir on allume pour la première fois, on dit Chéhé’héyanou. Ce n’est qu’après avoir allumé la première mèche que l’on commence à dire Hanérot Halalou, louange suivie du psaume Mizmor Chir ‘Hanoukat (ou selon l’usage ashkénaze du cantique  »Maoz Tsour Yéchouati ».

 

3. Le premier soir on allume la première mèche à l’extrémité droite de la ‘Hanoukiya puis le chamach.

Le deuxième soir on allume la deuxième mèche à partir de l’extrémité droite , puis la première et ensuite le chamach.

Le troisieme soir on allume la troisième mèche , puis la deuxième, la première et le chamach.

Les soirs suivants, on suit cette même progression, par laquelle on illustre la progression du miracle du jour au lendemain.

 

4. Si on a allumé la ‘Hanoukiya alors qu’elle ne contenait pas la quantité d’huile nécessaire pour alimenter les lumières durant une demi-heure, puis, avant qu’elle ne s’éteigne on a ajouté de l’huile, on ne remplit pas son obligation. II faut I’éteindre, ajouter une quantité suffisante d’huile, puis la rallumer. La raison est que c’est l’allumage qui détermine la Mitzva et il n’est valable que si, au moment d’allumer, les lumières peuvent brûler le temps requis.

 

5. Si la ‘Hanoukiya contenait plus que la quantité nécessaire d’huile, on peut I’éteindre une fois la demi-heure de rigueur révolue et utiliser le restant de I’huile pour le soir suivant.

6. Si la ‘Hanoukiya, tout en contenant la quantité d’huile requise, s’est éteinte avant que ne s’écoule une demi-heure, on n’est pas tenu à la rallumer et on aura tout de même rempli son obligation. Cependant, il est recommandé de la rallumer sans répéter la Bérakha.

7. Tout le temps que la ‘Hanoukiya est allumée il est interdit de tirer profit de sa lumière et de la déplacer d’un endroit à I’autre.

 

Comment Participer à la Mitsva des lumières

1. Tous ont l’obligation de remplir la Mitsva des lumières de ‘Hanouka, aussi bien les hommes que les femmes ainsi que les enfants à partir de l’âge de l’initiation aux Mitsvot. Même celui qui vit des bienfaits des autres a l’obligation d’acheter I’huile pour allumer la ‘Hanoukiya.

 

2. Selon notre coutume, dans chaque appartement on n’allume qu’une seule ‘Hanoukiya pour toute la famille. Le maître de maison (ou en son absence sa femme ou un enfant majeur) qui l’allume, exempte toute la famille. Au moment de I’allumage, toute la famille doit se réunir autour de la ‘Hanoukiya. Si par force majeure, un des membres a dû s’absenter, il s’acquitte de son obligation par I’allumage de la‘Hanoukiya de la famille.

3. Deux ou trois familles qui habitent la même maison, et qui sont indépendantes les unes des autres, chacune faisant sa propre cuisine, peuvent s’associer à la Mitsva à condition de participer aux frais. Une seule personne allumera alors pour tous.

4. Celui qui est nourri et logé dans une famille moyennant une redevance, peut soit allumer sa propre ‘Hanoukiya, soit s’acquitter de son obligation avec la ‘Hanoukiya du maître de maison, en participant aux frais de l’allumage. Un invité n’a pas l’obligation de contribuer à ces dépenses.

La ‘HANOUKIYA à la synagogue

1. On allume la ‘Hanoukiya à la synagogue dans le but de rendre le miracle public. On la place du côté du mur sud.

 

2. S’ i l n’y a pas dix personnes présentes, on allume la ‘Hanoukiya sans dire la Berakha.

3. On ne s’acquitte pas de son obligation en allumant à la synagogue et chacun doit allumer la ‘Hanoukiya dans sa maison.

4. Une personne endeuillée (Avel) ne doit pas allumer la ‘Hanoukiya à la synagogue le premier soir pour ne pas avoir à dire en public la Bérakha Chéhé’héyanou. En revanche, il allume chez lui et dit Chéhé’héyanou.

 

La louange de AL HANISSIM

 

1. Les 8 jours de ‘Hanouka, dans chaque Amida, d’Arbit, de Cha’hrit et de Min’ha, on intercale la louange de Al Hanissim, après Modim avant Véal Koulam.

 

2. Chaque fois qu’on recite Birkat Hamazone tous ces jours-là, on intercale également Al Hanissim dans la deuxieme bénédiction avant Véal Hakol.

3. Si on oublie de dire Al Hanissim dans la Amida ou dans Birkat Hamazone, on ne la reprend pas.

Choul’hane Aroukh de RABBI YOSSEF CARO.

 

8 décembre, 2016

HANOUKA

Classé dans : Hanoucca — fanfan18unblogfr @ 7:00

Nous allumons les lumières de la ‘Hanoukiya pendant les huit jour de ‘Hanouka, du 25 kislev au 2 Téveth, pour célébrer le miracle que D… fit au temps des Hasmonéens : la seule fiole d’huile pure disponible dont la quantité était à peine suffisante pour un jour, servit à allumer le candélabre pendant huit jours jusqu’à la préparation d’une nouvelle quantité d’huile pure. Nous commémorons par cet allumage le miracle de la pérennité de la foi juive capable d’enflammer le peuple et le monde entier à partir d’une petite flamme, à condition qu’il existe un noyau pur : une fiole intacte. La victoire des Maccabées – Hasmonéens, une poignées d’hommes faibles animés d’un dévouement sans borne pour la sauvegarde de la pratique de la Torah face à un puissant empire révèle la supériorité de la force spirituelle du judaïsme. Ce miracle nous exhorte à nous identifier avec cette fiole pure de Judaïsme intégral et à embrasser sans compromis chaque détail de notre Loi sacrée.

La tradition rabbinique ne vise pas à évoquer de simples faits historiques, mais nous transmet des enseignements fondamentaux pour nous guider dans la manière de servir D… L’allumage de la ‘Hanoukiya, qui se perpétue de génération en génération, entend maintenir le miracle vivant, à nos yeux, afin d’en dégager la leçon.

En effet, lorsqu’une génération se dévoue pour une Mitsva spécifique, le dévouement pour cette Mitsva s’imprime dans l’âme du peuple. Le dévouement de la génération des Maccabés pour la sauvegarde du Judaïsme fut profondément gravée dans le coeur de la nation jusqu’à s’affirmer et se perpétuer à tout jamais.

Choul’hane Aroukh de RABBI YOSSEF CARO 

Première Bougie : La Hanoukiya

Deuxième Bougie : La lumière

Troisième Bougie : Le miracle

Quatrième Bougie : Shabath

Cinquième Bougie : L’Héroïsme

Sixième Bougie : La langue Hébraïque

Septième Bougie : La solidarité Juive

Huitième Bougie : La paix

123
 

Italien-Pasta |
La Passion du Pigeon |
jennybouill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cuisine facile
| le coin des délices de zahida
| Que c'est bon !!!