Tous à vos fourneaux

A la mémoire de ma mère « Zouzou »

23 novembre, 2017

HANOUKA « CHANT DE L’ESPOIR POUR HANOUKA »

Classé dans : Hanoucca — fanfan18unblogfr @ 11:57

 

1E74CFB7-26B6-45B9-AF98-2BD5B4E400C4

http://www.dailymotion.com/video/x4p0az_hatikva_music

L’hymne national : Hatikva

Kol od balevav penimah Nefesh yehoudi homiyah, Oulfaatei mizra’h kadimah Ayine letsione tsofiyah. Od lo avdah tikvatenou Hatikvah bat chénote alpayim, Lehiyot am ‘hofchi beartseinu Erets Tsione viyerouchalayim.

Aussi longtemps qu’au fond du coeur l’âme juive vibre, vers les confins de l’Orient un oeil sur Sion observe. Nous n’avons pas encore perdu notre espoir vieux de deux mille ans, de vivre en peuple libre sur notre terre, terre de Sion et de Jérusalem.

AMEN

HANOUKA MITSVA D’ALLUMER LA ‘HANOUKIYA

Classé dans : Hanoucca — fanfan18unblogfr @ 10:05

La Mitsva d’allumer la ‘HANOUKIYA

4CAD6BA6-D77E-4FA2-87D3-574927ADA5A9

On doit veiller attentivement à allumer la ‘Hanoukiya tous les huit  jours, car c’est une Mitsva de grande importance et d’ influence spirituelle. Les zélés de cette Mitsva (et celle de l’allumage des lumières de Chabbat) mériteront d’avoir des fils Talmidé ‘Hakhamim (érudits en Thora).

 

Les Lumières de la ‘HANOUKIYA

1. La meilleure façon d’effectuer la Mitsva est d’ allumer des mèches de coton trempées dans l’huile d’olive, le miracle s’étant produit à partir de l’huile d’olive. Les autres huiles et toutes sortes de mèches sont toutefois valables ainsi que des bougies de cire ou de paraffine.

 

2. Il est interdit de tirer profit de la lumière de la ‘Hanoukiya. On ne doit même pas utiliser une mèche pour en allumer une autre, mais on peut se servir du Chamach (la 9eme mèche auxiliaire) pour allumer l’une des 8 lumières principales de la ‘Hanoukiya. Cette mèche devra être distincte des 8 autres.

Le moment d’allumer

1. On doit allumer les lumières de ‘Hanouka à la tombée du soir (à la sortie des étoiles). Certains Sages pensent qu’il faut allumer un quart d’heure avant la sortie des étoiles. Si on a oublié d’allumer à la tombée du soir ou que l ‘on a laissé passer ce moment, on s’empressera d’ allumer dans le courant de la demi-heure qui suit , qui est l’intervalle de temps principal fixé pour l’allumage et pour la proclamation du miracle à travers ces lumières. Passé cet intervalle, on peut à la rigueur allumer à n’importe quelle heure de la nuit.

2. La ‘Hanoukiya doit rester allumée pendant une demi-heure au minimum. Elle doit donc contenir suffisamment d’huile pour entretenir les lumières durant une demi- heure. Si on l’allume un quart d’heure avant l’apparition des étoiles selon l’opinion mentionnée précédemment, il faut prévoir de l’huile pour un temps minimum de 45 minutes.

3. A l’heure de l’ allumage, on s’abstiendra de manger, on n’entreprendra rien, même pas l’étude de la Torah, jusqu’après l’allumage.

4. L’ allumage de la ‘Hanoukiya le soir de Chabbat doit bien entendu s’effectuer avant l’entrée du Chabbat et il précédera celui des bougies de Chabbat. La Hanoukiya doit alors contenir suffisamment d’huile pour entretenir les lumières une demi-heure après l’apparition des étoiles. Ce vendredi, on prie Mine’ha avant l’allumage de la‘Hanoukiya.

5. A l’issue de Chabbat, nous avons l’habitude de dire en premier lieu la Havdala et puis d’allumer immédiatement la ‘Hanoukiya. Cependant, on peut interchanger l’ordre.

Où placer la ‘HANOUKIYA ?

1. Afin de publier le miracle, on place la ‘Hanoukiya à l’entrée de sa maison si elle donne sur la rue.

2. On ne doit pas placer la ‘Hanoukiya à moins de 30 centimètres au dessus du sol, et de préférence à pas plus de 1 mètre du sol.

3. Même si on dépasse cette hauteur, on remplit son obligation tant que la‘Hanoukiya est visible de sorte que ses lumières servent de rappel des miracles et des prodiges dont D… a gratifiés nos ancêtres.

4. Il est recommandé de placer la ‘Hanoukiya près de la porte du coté gauche, afin d’avoir la Mézouza à sa droite et la ‘Hanoukiya à sa gauche, et être ainsi entouré de Mitsvot.

5. Si la porte d’entrée ne donne pas sur la rue parce qu’on habite un étage élevé on mettra la ‘Hanoukiya près de la fenêtre à un endroit visible de l’extérieur.

 

 6. S’il est dangereux de rendre la Mitzva manifeste, on placera la ‘Hanoukiya à l’intérieur et on se contentera de la proclamation du miracle pour la famille.

 

Comment allumer la ‘HANOUKIYA ?

1. Le premier soir, avant d’allumer la ‘Hanoukiya, on dit trois Bérakhot :

 

A) Baroukh Ata Ado-nay Elo-henou Melekh Haolam Achère Kidechanou Bemitsvotav Vetsivanou Lehadlik Ner ‘Hanouka (Beni sois-Tu … qui nous a introduits dans la Kédoucha à travers ses Mitsvot et nous a prescrit d’allumer la lumière de ‘Hanouka).

 

B) Baroukh Ata Ado-nay EIo-hénou Mélekh Haolam Chéassa Nissim Laavoténou Bayamim Hahem Bazémane Hazé. (Béni.. qui a fait des miracles en faveur de nos pères en ces jours, à cette même période).

C) Baroukh Ata Ado-nay Elo-hénou Mélekh Haolam Chéhé’héyanou Vekiyémanou Véhiguianou Lazémane Hazé. (qui nous a conservés et protégés et nous a fait atteindre cette période).

 

2. On allume tout de suite après les Bérakhot, mais pas pendant qu’on les prononce. Les soirs suivants, on ne dit que les deux premières Bérakhot, car Chéhé’héyanou ne se récite qu’à l’inauguration. Si par suite d’un empêchement on n’a pas allumé le premier soir, lorsque le deuxième soir on allume pour la première fois, on dit Chéhé’héyanou. Ce n’est qu’après avoir allumé la première mèche que l’on commence à dire Hanérot Halalou, louange suivie du psaume Mizmor Chir ‘Hanoukat (ou selon l’usage ashkénaze du cantique  »Maoz Tsour Yéchouati ».

 

3. Le premier soir on allume la première mèche à l’extrémité droite de la ‘Hanoukiya puis le chamach.

Le deuxième soir on allume la deuxième mèche à partir de l’extrémité droite , puis la première et ensuite le chamach.

Le troisieme soir on allume la troisième mèche , puis la deuxième, la première et le chamach.

Les soirs suivants, on suit cette même progression, par laquelle on illustre la progression du miracle du jour au lendemain.

 

4. Si on a allumé la ‘Hanoukiya alors qu’elle ne contenait pas la quantité d’huile nécessaire pour alimenter les lumières durant une demi-heure, puis, avant qu’elle ne s’éteigne on a ajouté de l’huile, on ne remplit pas son obligation. II faut I’éteindre, ajouter une quantité suffisante d’huile, puis la rallumer. La raison est que c’est l’allumage qui détermine la Mitzva et il n’est valable que si, au moment d’allumer, les lumières peuvent brûler le temps requis.

 

5. Si la ‘Hanoukiya contenait plus que la quantité nécessaire d’huile, on peut I’éteindre une fois la demi-heure de rigueur révolue et utiliser le restant de I’huile pour le soir suivant.

6. Si la ‘Hanoukiya, tout en contenant la quantité d’huile requise, s’est éteinte avant que ne s’écoule une demi-heure, on n’est pas tenu à la rallumer et on aura tout de même rempli son obligation. Cependant, il est recommandé de la rallumer sans répéter la Bérakha.

7. Tout le temps que la ‘Hanoukiya est allumée il est interdit de tirer profit de sa lumière et de la déplacer d’un endroit à I’autre.

 

Comment Participer à la Mitsva des lumières

1. Tous ont l’obligation de remplir la Mitsva des lumières de ‘Hanouka, aussi bien les hommes que les femmes ainsi que les enfants à partir de l’âge de l’initiation aux Mitsvot. Même celui qui vit des bienfaits des autres a l’obligation d’acheter I’huile pour allumer la ‘Hanoukiya.

 

2. Selon notre coutume, dans chaque appartement on n’allume qu’une seule ‘Hanoukiya pour toute la famille. Le maître de maison (ou en son absence sa femme ou un enfant majeur) qui l’allume, exempte toute la famille. Au moment de I’allumage, toute la famille doit se réunir autour de la ‘Hanoukiya. Si par force majeure, un des membres a dû s’absenter, il s’acquitte de son obligation par I’allumage de la‘Hanoukiya de la famille.

3. Deux ou trois familles qui habitent la même maison, et qui sont indépendantes les unes des autres, chacune faisant sa propre cuisine, peuvent s’associer à la Mitsva à condition de participer aux frais. Une seule personne allumera alors pour tous.

4. Celui qui est nourri et logé dans une famille moyennant une redevance, peut soit allumer sa propre ‘Hanoukiya, soit s’acquitter de son obligation avec la ‘Hanoukiya du maître de maison, en participant aux frais de l’allumage. Un invité n’a pas l’obligation de contribuer à ces dépenses.

La ‘HANOUKIYA à la synagogue

1. On allume la ‘Hanoukiya à la synagogue dans le but de rendre le miracle public. On la place du côté du mur sud.

 

2. S’ i l n’y a pas dix personnes présentes, on allume la ‘Hanoukiya sans dire la Berakha.

3. On ne s’acquitte pas de son obligation en allumant à la synagogue et chacun doit allumer la ‘Hanoukiya dans sa maison.

4. Une personne endeuillée (Avel) ne doit pas allumer la ‘Hanoukiya à la synagogue le premier soir pour ne pas avoir à dire en public la Bérakha Chéhé’héyanou. En revanche, il allume chez lui et dit Chéhé’héyanou.

 

La louange de AL HANISSIM

 

1. Les 8 jours de ‘Hanouka, dans chaque Amida, d’Arbit, de Cha’hrit et de Min’ha, on intercale la louange de Al Hanissim, après Modim avant Véal Koulam.

 

2. Chaque fois qu’on recite Birkat Hamazone tous ces jours-là, on intercale également Al Hanissim dans la deuxieme bénédiction avant Véal Hakol.

3. Si on oublie de dire Al Hanissim dans la Amida ou dans Birkat Hamazone, on ne la reprend pas.

Choul’hane Aroukh de RABBI YOSSEF CARO.

 

HANOUKA FETE DES LUMIERES

Classé dans : Hanoucca — fanfan18unblogfr @ 8:00

hanoucca1.jpg

Commençant le 25e jour de Kislev et durant huit jours, elle tombe généralement au mois de décembre. Hanoucca commémore une victoire, ainsi que la purification du Temple profané et sa nouvelle consécration au Dieu d’Israël. La victoire est celle d’une petite bande de juifs menés par Judas Maccabée, en 165 avant J.C., dans leur bataille contre les Syriens hellénistes et le règne d’oppression du roi Antioche Epiphane. La révolte des Maccabée est d’importance car c’était la première fois que les juifs recouraient aux armes pour préserver leur foi et leurs libertés religieuses. Victorieux au combat, Judas retourna à Jérusalem pour trouver un Temple pillé et incendié, après avoir été profané par des rituels païens. Tous les récipients d’huile avaient été pollués par des substances honnies par la foi juive, à l’exception d’une jarre d’huile d’olive pure et consacrée, qui portait encore le sceau du Grand Prêtre. Mais elle ne contenait qu’une quantité d’huile suffisante pour brûler une seule journée. Les juifs l’allumèrent et elle se consuma pendant huit jours, permettant aux prêtres de purifier l’intérieur du Temple tandis qu’ils préparaient de nouvelles réserves d’huile bénite. Le miracle de l’huile est symbolisé dans les maisons juives par huit lumières dont on entretient la flamme. Chaque soir, on allume une de plus jusqu’au huitième jour, où toutes brûlent ensemble. Le miracle de l’huile est rappelé dans la cuisine par les abondantes quantités d’huile utilisées pour frire les délices traditionnels de Hanoucca. Une autre coutume de Hanoucca pratiquée depuis le Moyen Age consiste à manger des produits laitiers. Ceci en l’honneur de Judith, qui sauva sa ville assiégée « Béthulie, en Judée » de l’ennemi Holopherne. Selon l’histoire, il était amoureux d’elle. Une nuit, elle lui servit un fromage salé, qui lui donna soif, de sorte qu’il but beaucoup de vin. Quand il tomba dans une stupeur avinée, elle lui trancha la tête avec un sabre. Pour commémorer son action, les Ashkénazes mangent des mets contenant du fromage blanc et de la crème aigre, tels que les blintzes ou du gâteau au fromage, et les Séfarades des bimuelos au fromage. Au Maroc, le couscous au beurre est accompagné de lait, la farka aux dattes. En Alsace, il est aussi de coutume de manger de la choucroute à Hanoucca. Je me demande si le chou ne serait pas symbolique, parce qu’à la même date, une soupe aux choux apparaît au menu en Afrique du Nord, également des sfendj ou des el bagrirh, cigares, macrouds, des beignets sucrés, ainsi que bricks et bestels farcis. Les juifs de Tunisie des yoyos, petits beignets sucrés, l’arissa aux amandes, puis de fricassés. En Israël, on mange des beignets soufflés à la gelée ou des souvganiot. En dehors des fritures, il n’existe pas ou peu de plats particuliers à cette fête. Plusieurs familles on l’habitude de jouer à la toupie, ou aux cartes. Les femmes juives ont pris l’habitude de n’éffectuer aucun travail, ni professionnel, ni ménager, pendant que brillent les lumières de la hanoukiya. Le sixième jour de Hanoucca qui est également le premier jour du mois de Tevet, est un jour particulier : dans de nombreuses communautés, au fil du temps, ce jour fut consacré aux femmes. Pour commémorer le jour d’anniverssaire de l’acte héroïque de Judith, et de Hanna qui, selon la tradition participa à la révolte des Maccabim. Les femmes, surtout celles du monde sépharade, font du sixième jour de Hanoucca un jour spécial durant lequel elles se réunissent toutes ensemble quel que soit leur âge pour faire la fête (chanter et danser) et manger des préparations à base de fromage, des sucreries, et des beignets (pour l’huile). En Afrique du Nord et plus spécialement en Tunisie, ce jour est dédié aux femmes et nommé fête des filles ou « Roch Hodech el bnat ». 

Alors Mesdames faîtes en sorte de vous réunir le sixième jour de Hanoucca et de faire la fête.

Hag Sameah, Hanoucca Sameah à tous les juifs du monde entier. Que ces lumières amènent la paix dans le monde amen.

HANOUKA

Classé dans : Hanoucca — fanfan18unblogfr @ 7:00

 

322738AA-7CF1-4243-81FA-A91F0EE8195B

Nous allumons les lumières de la ‘Hanoukiya pendant les huit jour de ‘Hanouka, du 25 kislev au 2 Téveth, pour célébrer le miracle que D… fit au temps des Hasmonéens : la seule fiole d’huile pure disponible dont la quantité était à peine suffisante pour un jour, servit à allumer le candélabre pendant huit jours jusqu’à la préparation d’une nouvelle quantité d’huile pure. Nous commémorons par cet allumage le miracle de la pérennité de la foi juive capable d’enflammer le peuple et le monde entier à partir d’une petite flamme, à condition qu’il existe un noyau pur : une fiole intacte. La victoire des Maccabées – Hasmonéens, une poignées d’hommes faibles animés d’un dévouement sans borne pour la sauvegarde de la pratique de la Torah face à un puissant empire révèle la supériorité de la force spirituelle du judaïsme. Ce miracle nous exhorte à nous identifier avec cette fiole pure de Judaïsme intégral et à embrasser sans compromis chaque détail de notre Loi sacrée.

La tradition rabbinique ne vise pas à évoquer de simples faits historiques, mais nous transmet des enseignements fondamentaux pour nous guider dans la manière de servir D… L’allumage de la ‘Hanoukiya, qui se perpétue de génération en génération, entend maintenir le miracle vivant, à nos yeux, afin d’en dégager la leçon.

En effet, lorsqu’une génération se dévoue pour une Mitsva spécifique, le dévouement pour cette Mitsva s’imprime dans l’âme du peuple. Le dévouement de la génération des Maccabés pour la sauvegarde du Judaïsme fut profondément gravée dans le coeur de la nation jusqu’à s’affirmer et se perpétuer à tout jamais.

Choul’hane Aroukh de RABBI YOSSEF CARO 

Première Bougie : La Hanoukiya

Deuxième Bougie : La lumière

Troisième Bougie : Le miracle

Quatrième Bougie : Shabath

Cinquième Bougie : L’Héroïsme

Sixième Bougie : La langue Hébraïque

Septième Bougie : La solidarité Juive

Huitième Bougie : La paix

29 février, 2016

ANNEAUX AUX AMANDES

Classé dans : Hanoucca,Mimouna,Patisserie,Pourim,Roch Hachana,Souccot,Yom Kippour — fanfan18unblogfr @ 17:42

Ingrédients :

La farce :

  • 500 g d’amandes
  • 350 g de sucre semoule
  • ¼ de cuillère à café de cannelle
  • 3 cuillères à café de margarine parvé goût beurre
  • 1 pincée de gomme arabique en poudre
  • 4 cuillères à soupe d’eau de fleurs d’oranger

La pâte :

  • 1 petite boîte de crème fraîche parvé (200 g)
  • 1 cuillère à soupe de sucre semoule
  • 1 pincée de sel
  • 250 g de farine

Décoration :

  • du blanc d’oeuf
  • 50 g d’amandes (pochées, mondées, concassées)

La farce : ébouillantez les amandes pendant 10 minutes mondez et séchez-les puis mixez-les avec le sucre à plusieurs reprises. Mélangez la pâte obtenue avec la cannelle, le beurre, la gomme arabique en poudre et l’eau de fleurs d’oranger. Confectionnez de longs bâtonnets avec cette pâte.

La pâte : disposez dans un récipient la crème fraîche, le sucre, le sel, mélangez en versant la farine en pluie puis laissez la pâte reposer au frais pendant 30 minutes.

Étalez la pâte finement, déposez les bâtonnets un à un et roulez-les avec la pâte, puis à l’aide d’un couteau séparez le bâtonnet du reste de la pâte. Utilisez ainsi tous les bâtonnets de pâte d’amande.

Coupez les bâtonnets en morceaux de 8 cm. A l’aide de votre index, aplatissez légèrement chaque morceau puis soudez les deux extrémités pour former un anneau.

Trempez le dessus des gâteaux dans le blanc d’oeuf puis dans les amandes concassées ensuite disposez les anneaux sur une plaque avec du papier sulfurisé et mettez au four. Faites cuire à 180° pendant 15 minutes. 

BRIOCHES D’OUJDA

Classé dans : Coutume,Hanoucca,Mimouna,Patisserie,Pourim,Roch Hachana,Souccot,Yom Kippour — fanfan18unblogfr @ 17:27

Ingrédients :

  • 1 kg de farine
  • 1 grand verre d’huile
  • 1 grand verre de sucre semoule
  • ½ grand verre de graines de sésame
  • 2 oeufs
  • 2 cuillères à soupe de graines de fenouil
  • 2 cuillères d’anis en poudre
  • 2 sachets de levure chimique
  • 1 cuillère à café de levure boulangère
  • de l’eau tiède

Dans un récipient, mettez la farine en fontaine, ajoutez l’huile, le sucre, les graines de sésame, un oeuf, les graines de fenouil, l’anis, la levure chimique et la levure boulangère. Pétrissez énergiquement, tout en ajoutant de l’eau tiède progressivement pour obtenir une pâte homogène.

Divisez la pâte en boulettes en forme d’oeuf, que vous roulez à la main pour transformer en minces bâtonnets de 20 cm de long. A l’aide de ciseaux, fendez l’une des extrémités en deux, tournez l’autre extrémité du bâtonnet pour faire un anneau puis soudez-la avec les deux fentes.

Ornez les anneaux en faisant des petites entailles sur les côtés à l’aide d’un couteau. Badigeonnez de jaune d’oeuf à l’aide d’un pinceau, disposez sur une plaque huilée et laissez lever pendant 30 minutes.

Faites cuire dans un four préchauffé à 180° environ 30 minutes.

fampouleclair.gif Astuce :

  • Conservez les brioches dans une boîte hermétique pour qu’elles restent bien croustillantes. 

28 février, 2016

BOURSES AUX AMANDES

Ingrédients :

La farce :

  • 250 g d’amandes pochées et mondées
  • 100 g de sucre semoule
  • 1 cuillère à soupe de zeste d’orange râpé
  • 1 cuillère à soupe d’eau de fleurs d’oranger
  • 1 sachet de sucre vanille
  • 1 cuillère à soupe de margarine parvé goût beurre
  • 500 g de feuilles de pastilla
  • 60 g de margarine parvé goût beurre fondu
  • 1 jaune d’oeuf

Décoration :

  • 200 g de miel
  • 1 cuillère à soupe d’eau de fleurs d’oranger

Mixez les amandes avec le sucre, ajoutez le zeste d’orange râpé, l’eau de fleurs d’oranger, le sucre vanille et la margarine. Mélangez bien et transformez le mélange en petites boulettes.

Pliez les feuilles de pastilla sur quatre et à l’aide de ciseaux, coupez en forme de rond de 10 cm de diamètre. Étalez ensuite tous les ronds obtenus puis badigeonnez-les avec de la margarine fondu.

Mettez une boulette sur chaque rond, badigeonnez son contour avec le jaune d’oeuf puis pliez en éventail pour former une bourse. Disposez-les sur une plaque beurrée et faites cuire au four, pendant environ 15 minutes. Une fois cuites, trempez-les dans du miel tiède.

Servez froid

8 mai, 2014

BAVAROIS AUX FRAISES

Classé dans : Chavouoth,Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 7:29

 079 128  131   145   

Génoise :

  • 60 g de farine
  • 60 g de sucre 
  • 2 œufs entiers
  • 1 pincée de sel
Bavarois :
  • 500 g de fraises
  • 1 citron
  • 100 g de sucre
  • 4 g d’agar-agar 
  • 400 ml (c’est 400 g) de crème liquide
Miroir (nappage) :
  • 1 verre de coulis de fraise
  • 1 g d’agar-agar
Étapes de la recette :
Préparer le coulis de fraise : mixer les fraises lavées avec le sucre et le jus de citron.  
Ajouter l’agar-agar et porter à ébullition. Dès les premiers frémissement arrêter.
Laissez reposer la préparation.
Préparez la base : faire un biscuit avec les œufs et le sucre, faites blanchir puis rajouter la farine.
Disposer sur une plaque de four avec un papier sulfurisé en forme de rond de la grandeur de votre cercle (23 cm de diamètre hauteur 6).
Four 180° pendant 10 minutes.
Laissez ensuite refroidir sur une grille.
Monter la crème liquide : en chantilly, dans un plat et fouets bien froid.
Rajouter cette chantilly au coulis de fraise délicatement avec une Maryse.
Disposer la base (le biscuit) dans un plat et mettre le cercle dessus.
Autour du cercle à l’intérieur mettre du papier sulfurisé de 6 cm de hauteur ou alors acheter du RHODOÏD.
Remplissez le cercle de votre préparation BAVAROIS.
Laissez prendre 1 heure minimum au frigo.
Miroir (nappage) : votre coulis avec l’agar-agar faire porter à ébullition comme au début de la recette.
Prendre votre BAVAROIS du frigo et couler le coulis en faisant glisser rapidement.
Remettre au frigo pour une nuit.

15 septembre, 2009

PETITS FOURS AUX AMANDES

Classé dans : Hanoucca,Mimouna,Patisserie,Pourim,Roch Hachana,Souccot,Yom Kippour — fanfan18unblogfr @ 15:20

Ingrédients :

  • 500 g d’amandes
  • 1 pincée de gomme arabique en poudre
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • ½ cuillère à soupe de margarine parvé goût beurre
  • 2 oeufs
  • 250 g de sucre glace
  • 2 cuillères à soupe de zeste de citron râpé

Décoration :

  • 100 g d’amandes (pochées et mondées)

Pochez les amandes pendant 10 minutes, mondez puis passez aux mixeur jusqu’à obtention d’une pâte lisse.

Ajoutez la gomme arabique en poudre, la levure, le beurre, 1 jaune d’oeuf, 1 oeuf entier, le sucre glace et le zeste de citron râpé. Mélangez tous ces ingrédients pour donner à la pâte une ocnsistance onctueuse.

Mettez le mélange dans une poche à douille étoilée et sur une plaque à four, pressez la douille pour faire des petits choux. Décorez avec les amandes, et faites cuire dans un four préchauffé à 180° pendant environ 20 minutes. 

M’HANCHA

Classé dans : Hanoucca,Mimouna,Patisserie,Pourim,Roch Hachana,Souccot,Yom Kippour — fanfan18unblogfr @ 15:10

Ingrédients :

  • 250 g d’amandes
  • 125 g de sucre semoule
  • 3 cuillères à soupe de beurre fondu
  • ¼ de cuillère à café de cannelle
  • 2 cuillères à soupe d’eau de fleurs d’oranger
  • 1 pincée de gomme arabique en poudre
  • 20 feuilles de pastilla + de la margarine parvé goût beurre fondu

Décoration :

  • 1 jaune d’oeuf
  • 3 cuillères à soupe d’amandes effilées et concassées
  • 2 cuillères à soupe de miel

Pocher les amandes pendant 5 minutes, les monder et les essuyer avec un torchon propre. Les mixer avec le sucre à plusieurs reprises jusqu’à obtention d’une pâte d’amandes lisse.

Ajouter à la pâte d’amandes, les trois cuillères de margarine fondu, la cannelle, l’eau de fleurs d’oranger et la gomme arabique en poudre. Bien malaxer puis former de longs bâtons.

Couper les feuilles de pastilla en forme de grands rectangles et les badigeonner avec de la margarine fondu. Enrouler le bâton d’amandes dans la feuille. A l’aide d’un pinceau, badigeonner la surface avec du jaune d’oeuf et décorer avec les amandes effilées.

Disposer les bâtons sur une plaque et cuire 15 minutes au four préchauffé. A la sortie du four, ils doivent être dorés.

Une fois les bâtons cuits, les arroser avec du miel tiède et les couper en petits morceaux.

Servir froid.

123
 

Italien-Pasta |
La Passion du Pigeon |
jennybouill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cuisine facile
| le coin des délices de zahida
| Que c'est bon !!!