Tous à vos fourneaux

A la mémoire de ma mère « Zouzou »

2 octobre, 2017

Biscuit de Savoie ou Mousketcha ou Bouscoutou nouvelle recette

Classé dans : Coutume,Patisserie,Pourim,Roch Hachana,Roch Hodesh,Simhat Torah,Souccot,Yom Kippour — fanfan18unblogfr @ 11:52

IMG_0802

 

IMG_0805      IMG_0806

 

- 6 gros œufs

- 250 grs de sucre

- 300 grs de farine

- 200 grs d’eau

- 100 grs d’huile

- 16 grs de levure chimique

- 8 grs de bicarbonade

- 1 zeste de citron et le jus d’une moitié

Préchauffer votre four à 150 degrés.

Dans un récipient mélanger la farine, le sucre, la levure avec un fouet à la main rajouter l’eau et l’huile mélanger rajouter les 6 jaunes d’œufs le zeste de citron et le jus que d’une moitié du citron et bien mélanger.

Monter les blancs en neige et rajouter 8 grs de bicarbonade très ferme avec un batteur électrique les rajouter délicatement a la pâte.

Mettre la pâte dans un moule de 25 à 26 cm de diamètre hauteur entre 9 et 10 cm.

Ne rien mettre sur le moule !!! Et oui moi aussi j’ai été très surprise mais ça marche !!!

Enfournez votre biscuit et mettre votre four à 165 degrés pendant 50 minutes.

Verifiez au bout de 50 minutes avec une lame de couteau si votre gâteau est cuit le retirer et le mettre à l’envers sur une grille au bout d’une heure le retourner et le renverser sur un plat à gâteau. Il devrait se démouler seule ou l’aider un peu.

Vous pouvez le laisser nature ou le napper d’un glaçage chocolat ou citron !!!

Pour le glaçage citron sucre glace et quelques gouttes de jus de citron.

Ce biscuit est un classique pour casser le jeûne de Kippour.

 

 

20 août, 2017

ROCH HODESH ELOUL

Classé dans : Roch Hachana,Roch Hodesh,Seli'hot — fanfan18unblogfr @ 9:40

rochhodesheloul.jpg

 

Sonnerie du Choffar à la synagogue pendant le mois d’Eloul – peinture par l’artiste ‘hassidique Zalman Kleinman Rosh Hodesh Eloul lundi 21//08/17 

En tant que dernier mois de l’année juive, Eloul est traditionnellement une période d’introspection et de bilan, propice à passer en revue ses actions et ses progrès spirituels de l’année écoulée et à se préparer pour les « Jours Solennels » de Roch Hachana et Yom Kippour.

Étant le mois de la « Miséricorde et du Pardon Divin », Eloul est un temps particulièrement propice à la Téchouva (« retour » à D.ieu), à la prière, à la charité, et à un regain d’Ahavat Israël (l’amour envers son prochain juif) dans le souci de s’améliorer et de se rapprocher de D.ieu.

Pour décrire la teneur spirituelle du mois d’Eloul, Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi a donné une parabole édifiante :

D.ieu est tel un roi qui parcourt la campagne à la rencontre de son peuple, réservant à tous ceux qui s’approchent de lui un accueil bienveillant et souriant. Cette proximité avec le roi élève les paysans de leur condition et, lorsque le roi part vers la ville, les gens du peuple le suivent.

Il les laisse l’accompagner dans toutes les étapes de sa progression, jusqu’à pénétrer dans le palais où il se révèle dans toute sa royale splendeur.

Ainsi, au mois d’Eloul D.ieu est proche de nous, accueillant et bienveillant. Cette proximité nous donne les forces spirituelles de nous élever de notre quotidien, de sanctifier encore plus notre vie. C’est ainsi que nous méritons d’être avec Lui lorsqu’Il se révélera comme Roi de l’univers, lors de Roch Hachana et Yom Kippour.

Voici quelques coutumes et pratiques du mois d’Eloul :

  • Chaque jour du mois d’Eloul (excepté le Chabbat et le dernier jour du mois) nous sonnons le Choffar (corne de bélier) en appel au repentir.
  • En écrivant une lettre ou en rencontrant un ami, nous nous bénissons mutuellement en nous souhaitant ketiva va’hatima tova, ce qui signifie « Puisses-tu être inscrit(e) et scellé(e) pour une bonne année ».
  • Le chapitre 27 du Livre des Psaumes et ajouté aux prières quotidiennes, le matin et l’après-midi.
  • Le Baal Chem Tov a institué la coutume de lire trois chapitres de Psaumes supplémentaires chaque jour, depuis le 1er Eloul jusqu’à Yom Kippour (à Yom Kippour les 26 chapitres restant sont récités de sorte à finir le livre).
  • Eloul est un temps approprié pour faire vérifier ses téfilines et ses mézouzot par un scribe certifié pour s’assurer de leur bonne condition et qu’ils sont aptes à l’usage.
  • Les prières de Séli’hot sont récitées, pour les Séfarades, durant tout le mois, et pour les Ashkénazes (et c’est également la coutume ‘Habad), durant la dernière semaine d’Eloul, lors des jours qui mènent à Roch Hachana, la première nuit à minuit puis, les autres jours, tôt le matin.

Enfin, le 18 Eloul, ou « ‘Haï Eloul », est le jour anniversaire de la naissance du Baal Chem Tov, le fondateur du ‘Hassidisme, en 1698 et de Rabbi Chnéuor Zalman de Lyadi, fondateur du ‘Hassidisme ‘Habad, en 1745. C’est un jour particulièrement puissant, qui insuffle une vitalité redoublée au service divin du mois d’Eloul.

ROCH HODESH ELOUL dans Roch Hachana feedbackTL feedbackTR dans Roch Hodesh

Illustration par l’artiste ‘hassidique Zalman Kleinman.

Les droits du contenu de cette page sont réservés par l’auteur, l’éditeur et/ou Chabad.org. Si vous appréciez cet article, nous vous encourageons à le distribuer à vos connaissances, à condition de respecter le copyright.

 
feedbackBL dans Seli'hot feedbackBR



 

4 mars, 2012

ROCH HODESH NISSAN A TUNIS

Classé dans : Coutume,Pessah,Roch Hodesh — fanfan18unblogfr @ 8:11

djerba.jpg

Écrit par www.hassidout.org   

Comme le premier Nissan est un Roch Hachana spécial, celui des Rois d’Israël, pour le décompte  de leur règne (Michna Roch Achana 1.1), il est célébré à Tunis et à Djerba de manière solennelle .

A Tunis
La coutume veut que l’épouse allume la veilleuse d’huile à mèche de coton comme chaque veille de Roch Hodech. Puis chaque membre de la famille, par ordre d’âge,  glisse un bijou en or ou en argent, en faisant un voeu, pour que l’année soit prospère. Les femmes glissent leur alliance et tous font bien attention de ne pas éteindre la veilleuse, lors de cette cérémonie.

A Djerba
La communauté de Djerba remplit la tradition de la Bshisha dont voici quelques détails : La bshisha est un mélange, moulu très fin, de blé et d’orge additionné d’épices coriandre et fenouil (anis). Certaines communautés ont coutume d’ajouter des dattes, des amandes, des noix, des raisins secs, etc… (vendu chez certains commerçants).


Comment procéder ?
On place la bshisha dans une assiette creuse. Tous les membres de la famille tendent l’index vers le centre de l’assiette. Le chef de famille tient dans une main une clé (mâle, non creuse) et dans l’autre main une bouteille d’huile, fait couler l’huile sur les doigts tendus et sur la clé puis tous mélangent la bshisha et l’huile en prononçant la phrase suivante :  » Khalat el Abshisha bel neftah ya fetah hon alina ya moulana ya razak « , que l’on peut ainsi traduire ; mélangeons la bshisha avec la clé, pour toi l’Eternel qu ouvre les portes du Bien. Offre-nous Ta grâce, Toi Notre Créateur miséricordieux « . Après avoir mélangé, on goûte l’amalgame.

Deux coutumes pratiquées par un grand nombres de juifs d’Afrique du Nord.
Effectivement la coutume d’allumer une veilleuse et d’y tremper un bijou ou une pièce en or exclusivement, et non en argent, est selon certains avis, pour la réparation de la faute du « veau d’or ».
En effet, nos fautes ne peuvent être réparées que par notre Téchouva. C’est pourquoi  la Torah mentionne l’inauguration du Tabernacle après la faute du veau d’or. Cette inauguration fut effective Rosh Hodesh Nissan pour nous rappeler que seul le Service Divin nous mènera vers la Guéoula.L’or fait référence ici au « veau d’or » mais aussi et surtout, à l’or offert par les Bnei Israel pour la construction du Tabernacle. Ce métal précieux qui, dans le Midrach, fait référence au « Baal Téchouva ». Tandis que l’argent fait référence au « Tsadik » et  le bronze au « Racha ».Tous les juifs sont donc réunis autour du Service Divin. C’est la raison pour laquelle seuls ces trois métaux sont utilisés pour la construction du Tabernacle et du Beth Hamikdach.
Pourquoi tant de réfférence au Tabernacle? Parce-qu’il fut inauguré justement ce jour de Roch Hodech Nissan. Comme nos Maitres, de mémoires bénie, nous l’enseignent : « C’est au mois de Nissan que les enfants furent libérés (cf sortie d’Egypte) et c’est au mois de Nissan q’ils seront libérés » (cf Temps messianiques et Guéoula Chéléma).
Depuis des générations, les juifs sépharades allument une veilleuse d’huile, faisant ainsi référence à l’huile de la Ménora (le Candélabre en or) en demandant à D.ieu de nous ouvrir la Porte de sa Clémence afin d’accéder enfin à la Délivrance, Pessah étant la période propice pour radoucir le Jugement Divin.Quant à la « Bshisha », avec l’accent local, elle a pour origine sémantique le mot « bassissa », « la base » en hébreu, cette curieuse coutume qui fait référence au Korban Min’ha (le sacrifice de remerciement), une sorte d’omellette ou de crèpe, pour remercier l’Eternel de Ses bienfaits.  Très justement, la « Bshisha » est elle aussi constituée de farine, d’huile etc…, les même ingrédients utilisés pour ce sacrifice, car à Rosh Hodesh Nissan nous célébrons l’inauguration du Tabernacle dans le désert.

Le Tabernacle, qui est « la base » de notre service divin et de nos sacrifices, fut inauguré trés justement cette même date. C’est pourquoi, chaque année, nous mangeons cette « Bshisha » qui vient nous rappeller que l’essentiel aux yeux de D.ieu, pleurant chaque juif vivant loin des règles de la Torah, est notre Téchouva (raison pour laquelle l’or fait référence au « Baal Techouva », plus précieux que l’argent et le bronze).

Notre Téchouva (repentir) est la seule action pouvant ouvrir la porte de la Guéoula et du 3ème Temple. C’est pourquoi nous utilisons une clef lors de la dégustation, afin d’implorer D.ieu de nous « ouvrir cette porte » car c’est au mois de nissan que nous seront libérés!!!

ROCH HODESH EXPLICATION

Classé dans : Pessah,Roch Hodesh — fanfan18unblogfr @ 7:59
ROSH HODESH Nissan commence la veille au soir. 

Le début de chaque mois constitue une solennité (Rosh Hodesh ראש חודש) qui se traduit par un office rituel particulier. Le premier jour du mois est le Rosh Hodesh, mais si le mois qui se termine compte 30 jours, alors ce dernier 30ème jour est aussi Rosh Hodesh et la solennité dure deux jours.

Cette particularité remonte à l’époque du Beth Din, l’institution rabbinique en charge de l’application et de la sauvegarde de la Loi juive (halakha), qui était installé près du Temple de Jérusalem. D’après le commandement de la Torah, la notion de mois ne désigne pas un nombre prédéfini de jours, mais elle est reliée à la conjonction de la lune. Le Beth Din s’appuyait sur la déposition de témoins de confiance, qui l’informaient de l’apparition de la nouvelle lune. Or, si l’événement astronomique intervenait pendant le jour, les témoins ne pouvaient voir la lune croissante qu’une fois l’obscurité descendue. On avait donc manqué la solennité du Rosh Hodesh !

Pour résoudre cette difficulté, les Sages décrétèrent que lorsque la lune arrivait en fin de cycle (c’est à dire, au soir du 29ème jour du mois), on célèbrerait le Rosh Hodesh dans tous les cas. Ainsi, si l’événement de la nouvelle lune intervenait réellement au cours de ce 30ème, considéré d’avance par précaution comme un Rosh Hodesh, c’est qu’il s’agissait en effet premier jour du nouveau mois, et qu’on venait de terminer un mois de 29 jours. Le lendemain, le 2 du mois, était un jour normal. Si au contraire, la nouvelle lune ne s’était pas produite au cours de ce 30ème jour, il s’avérait que le mois écoulé comptait 30 jours, et que le lendemain était le « vrai » Rosh Hodesh, 1er jour du mois, si bien que le Rosh Hodesh était prolongé d’une journée de plus, et durait en tout deux jours.

Il semble, de plus, que le doublement de la journée de Rosh Hodesh était déjà en vigueur avant le Beth Din, pendant l’époque des Prophètes.

En conclusion, chaque 29 du mois, au soir, débute le Rosh Hodesh. Il dure un jour si le lendemain est le 1er, ou deux jours si le lendemain est le 30.

references.add(’8′, ‘Bemidbar XXVIII, 11-14′, ‘« Lors de vos nouvelles lunes, vous apporterez un sacrifice au Seigneur [...]. Ce sera le sacrifice mensuel, pour chaque mois de l’année.») ; références.add(’77′, Shemot XII, 2′, «Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois; il sera pour vous le premier des mois de l’année.»

Ici le terme haHodesh hazé (ce mois) doit être compris comme : haHhidoush hazé (ce renouveau [de la lune]). Ainsi le verset devient : C’est ce renouveau-ci de la lune, que vous voyez, qui constituera le début des mois.) ; références.add(’52′, 1 Samuel XX, 34, «Il se leva de table dans une ardente colère et ne participa point au repas du deuxième Jour-du-Mois ; car il était affligé à cause de David, parce que son père l’avait outragé.») ;

Références  
8 : Bemidbar XXVIII, 11-14 ( hébreu | traduction )
« Lors de vos nouvelles lunes, vous apporterez un sacrifice au Seigneur [...]. Ce sera le sacrifice mensuel, pour chaque mois de l’année. »
52 : 1 Samuel XX, 34 ( hébreu | traduction )
«34Il se leva de table dans une ardente colère et ne participa point au repas du deuxième Jour-du-Mois ; car il était affligé à cause de David, parce que son père l’avait outragé. »
77 : Shemot XII, 2 ( hébreu | traduction )
« 2 Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois; il sera pour vous le premier des mois de l’année. »
Ici le terme haHhodesh hazé (ce mois) doit être compris comme : haHhidoush hazé (ce renouveau [de la lune]). Ainsi le verset devient : C’est ce renouveau-ci de la lune, que vous voyez, qui constituera le début des mois.

30 juin, 2011

ROCH HODESH TAMOUZ

Classé dans : Roch Hodesh — fanfan18unblogfr @ 8:23

Samedi 2 et Dimanche 3 Juillet 2011 Roch Hodech Tamouz 2 jours !

On allume la veille, le vendredi 1 juillet au soir avec les nérothes de shabbat.

Roch Hodesh tov !!!

 

Italien-Pasta |
La Passion du Pigeon |
jennybouill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cuisine facile
| le coin des délices de zahida
| Que c'est bon !!!