Tous à vos fourneaux

A la mémoire de ma mère « Zouzou »

20 juillet, 2017

CONFITURE DE FIGUES NOIRES

Classé dans : Confiture — fanfan18unblogfr @ 20:00

 

  • 1 kg de figues noires
  • 700 g de sucre cristallisé
  • 1 jus de citron

Rincer les figues.

Retirer le bout de la queue et les couper en deux ou quatre selon leur grosseur.

Si elles sont très petites, les laisser entières.

Les poser dans un grand saladier, les recouvrir de sucre et du jus de citron et laissez macérer 2 heures environ.

Verser le tout dans la bassine à confiture, porter à ébullition, baisser légèrement le feu et cuire 30 minutes environ.

Au début, il faudra écumer un peu.

Quand la confiture est prête, la verser immédiatement dans les bocaux, les fermer aussitôt et les retourner le temps qu’ils refroidissent. 

CONFITURE DE COINGS

Classé dans : Confiture,Roch Hachana,Yom Kippour — fanfan18unblogfr @ 19:00

 

  • 3 kg de coings
  • le poids des fruits épluchés en sucre
  • ½ litre d’eau environ
  • 1 citron
  • 1 gaze

Choisissez des coings bien mûrs.

Épluchez-les et coupez-les en quartiers en prenant soin d’ôter les morceaux de fruits très durs (ils ne cuiraient pas et la confiture serait moins agréable à consommer).

Récupérez les pépins et un peu de cœur et mettez-y dans une gaze attachée.

Au fur et à mesure de l’épluchage qui est assez long parce que minutieux, mettez les fruits épluchés dans une grande bassine contenant de l’eau et le jus de citron pour qu’ils ne noircissent pas.

Égouttez les fruits, pesez-les et pesez également le sucre nécessaire, mettez ce sucre dans la bassine à confiture avec juste assez d’eau pour le mouiller (environ ½ litre).

Ajoutez les coings et la gaze.

Faites cuire doucement (près d’1 h environ) jusqu’à ce que la pulpe des coings soit transparente et confite dans le sirop.

Vérifiez la cuisson.

Écumez et mettez en pots.

fampouleclair.gifAstuce :

  • Si vous n’arrivez pas à éplucher les coings, les faire ébouillanter.

 

 

CONFITURE DE PETITES AUBERGINES

Classé dans : Confiture — fanfan18unblogfr @ 18:00

pb120067.jpg 

  • 1 kg de petites aubergines bien foncées et brillantes
  • 800 g de sucre
  • 1 bâton de cannelle
  • 5 clous de girofle
  • jus d’un ½ citron
  • 1 verre d’eau

Détacher les feuilles vertes qui entourent la tige en prenant soin de laisser celle-ci.

Les laver à grande eau.

Les blanchir dans de l’eau légèrement salée (½ cuillère à café de sel) pendant 15 minutes afin de leur enlever leur amertume.

Mettre à égoutter, les piquer à la fourchette, pour les débarrasser de toute l’eau.

Dans une grande bassine à confiture, mettre le sucre, l’eau, le jus de citron, le bâton de cannelle et les clous de girofle et faire cuire le sirop.

Placer les aubergines une à côté de l’autre.

Laissez cuire à feu doux pendant 1 heure ou jusqu’à ce que les aubergines absorbent la moitié du sirop. 

Laissez refroidir, avant de mettre les fruits confits dans un pot en verre.   

 

CONFITURE DE TOMATE ROUGE

Classé dans : Confiture,Tisha be av ou 9 av,Tou Beav ou fête de l'Amour,Tou Bichevate — fanfan18unblogfr @ 12:42

 

IMG_7234    IMG_7235

IMG_7241    IMG_7244

 

  • 1 kg de tomates rouges épluchez, épépiner, couper
  • 700 g de sucre
  • 1 jus de citron
  • 3 clous de girofle

Mettre les tomates couper en petit bout avec le sucre dans une marmite à confiture ou autre, le jus de citron et les clous de girofle.

Laissez macérer 2 heures environ.

Le jour même, porter le mélange à ébullition en remuant pour ne pas laisser attacher au fond de la bassine.

Maintenez à ébullition 10 minutes environ.

Baissez le feu et laissez cuire doucement jusqu’à bonne consistance en remuant souvent.

Mettre en pots et retournez les jusqu’à complet refroidissement.

 

CONFITURE DE MELON

Classé dans : Confiture,Pourim,Tisha be av ou 9 av — fanfan18unblogfr @ 12:34

IMG_7161

  • 1 kg de melon
  • 750 g de sucre
  • 1 jus d’un gros citron
  • 1 sucre vanille

Épluchez, couper et épépiner  mettre le sucre dans une marmite à confiture ou autre, le jus de citron et le sucre vanille le melon.

Laissez macérer 2 heures environ.

Le jour même, porter le mélange à ébullition en remuant pour ne pas laisser attacher au fond de la bassine.

Maintenez à ébullition 10 minutes environ.

Baissez le feu et laissez cuire doucement jusqu’a bonne consistance en remuant souvent.

Mettre en pots et retournez les jusqu’a complet refroidissement.

 

CONFITURE DE FIGUES

Classé dans : Confiture — fanfan18unblogfr @ 8:37
  • 1 kg de petites figues 
  • 700 g de sucre
  • 1 gousse de vanille
  • 2 verres d’eau
Choisir les figues petites pas trop mûres mais bien parfumées.
Couper les queues des figues et les essuyer soigneusement.
Verser le sucre et l’eau dans une bassine à confiture pour faire du sirop. 
Au bout d’une dizaine de minutes, lorsqu’il commence à perler, ajouter les figues et la vanille.
Laissez cuire jusqu’à la formation de perles rondes à la surface.
Mettre en pots.

9 mai, 2017

FETE DE CHAVOUOT OU DES SEMAINES

Classé dans : Chavouoth — fanfan18unblogfr @ 7:18

chavouottop.jpg 

 

 

ISRAEL : du Mardi 30 Mai au soir au Mercredi 31 Mai 2017 à la tombée de la nuit

 

DIASPORA : du Mardi 30 Mai au soir au Jeudi 1 Juin 2017 à la tombée de la nuit

 

Célébration du don de la Torah sur le Mont Sinaï

Lors de la fête de Chavouot, la tradition familiale a retenu la préparation et consommation de mets lactés, « Halavi ». Moïse descendit du Mont Sinaï et enseigna les commandements au peuple. En attendant de pouvoir se conformer aux règles de « Cacherout » qui prônent la séparation des mets lactés de ceux carnés, les Hébreux se contentèrent du lacté. Les maisonnées juives depuis lors, se délectent de gâteaux au fromage blanc pour les Ashkénazes, et de couscous au beurre pour les Séfarades d’Algérie…

Chavouot vient du pluriel de Cheva (le chiffre 7) et de Chabbat (le septième jour), ce que l’on traduit par « Les semaines ».

Située dans le calendrier au 6 et 7 du mois de Sivan.

Du décompte des sept semaines qui séparent le premier soir de Pessah (Pâque juive) de la fête de Chavouot (Ex 34,22 ; Lv 23,15 s. ; Dt 16,9-10). Un espace temps désigné par       l’Omer .

En d’autres termes, il s’agit de la fête de Pentecôte qui signifie en grec cinquantième, soit qu’elle se situe cinquante jours après Pessah.

Chavouot porte aussi les noms de « Fête des moissons » (Ex 23,16), « Fête des prémices » (Nb 28,26) qui rappelle la montée des fidèles vers le Temple de Jérusalem pour y déposer leurs offrandes. C’était et c’est encore, l’occasion de pélérinages qui concluent la fête de Pessah.

Chavouot est le palier intermédiaire, entre la conclusion de la sortie d’Egypte, et le début de l’histoire du peuple investi du don de la Torah. Un début non daté, non fixé par la Torah. Seule la tradition rabbinique situe le don de la Torah au sixième jour du mois de Sivan (Ex 19,1-16).

Lectures de la fête : Le Livre de Ruth, les Poèmes liturgiques Aqdamout millin, et Yetsiv Pitgam, le Hallel, et Yizkor (le 2ème jour),

1er jour : Ex 19,1 – 20,23, Nb 28,26-31 – Ez 1,1-28 ; 3,12 (Haftarah)

2ème jour : Dt 15,19 – 16,17 (14,22 – 16,17 si le second jour est un chabbat) – Nb 28, 26-31 (maftir) – Hab 2,20 – 3,19 (haftarah).

Les plats lactés :

Il est d’usage le matin de Chavouot de consommer un repas lacté, précédant le repas de viande usuel aux jours de fête.

DIVERSES EXPLICATIONS A CET USAGE :                                                                   

- Signe d’humilité et de pauvreté, ceci vient nous apprendre comment on doit s’approcher de l’étude de la Torah : délaisser sa grandeur (éventuelle !), accepter ce don de la Sagesse divine comme un bienfait et s’atteler à son étude et à sa pratique en ressentant la vitalité qu’il nous apporte.
Un jour, un Rav fut confronté à une question curieuse d’un de ses ouailles. L’homme était venu lui demander s’il serait quitte de l’obligation des quatre coupes de vin du Séder de Pessa’h en consommant quatre verres de lait. La réaction du Rav ne se fit pas attendre. Il ouvrit son tiroir et en tira une somme d’argent conséquente dont il fit le détail : tu achèteras du vin pour les quatre coupes, des Matsot, du poisson, de la viande, etc… L’homme n’avait rien d’autre à manger cette veille de Pessa’h. - Le Mont Sinaï où fut donné la Torah est appelé dans le Psaume 68 Mont Gavnounim, dans lequel on reconnaît le mot « guevina » (fromage).

loukhot.jpg

- Ces plats lactés seront consommés avec du pain, et l’on consomme ensuite de la viande, avec du pain également. On retrouve ici le souvenir des deux pains qui accompagnaient le sacrifice apporté ce jour là.
- C’est encore un souvenir de Moché. Selon la tradition c’est ce jour là que Moché à l’âge de trois mois fut déposé dans un panier de jonc sur le Nil puis récupéré par la fille de Pharaon. Elle voulut le faire allaiter par une nourrice égyptienne, mais le bébé dont la bouche était destinée à la parole de Dieu refusa de mettre en bouche le lait d’une nourrice idolâtre.
- Avec la Torah, les Juifs reçurent les lois concernant l’abattage rituel. Ils ne pouvaient plus utiliser leur vaisselle qui avaient servi à de la viande non abattue rituellement et ne pouvaient pas la cachériser le jour même de la fête car c’était Chabbath. C’est pourquoi ils se contentèrent ce jour là de lait.

LA LECTURE DU LIVRE DE RUTH :

 ruthchamps.jpg

Vient nous évoquer son illustre descendant  David, né le jour de Chavouot et mort le jour de Chavouot, soixante dix ans plus tard.
De plus l’histoire de Ruth se déroule à l’époque des moissons, contemporaine de la fête.
Enfin l’acceptation de la Torah par les Juifs marquent leur entrée dans l’alliance avec Dieu et leur conversion. C’est le chemin suivi par Ruth, qui reste le modèle de la conversion. De même que les Juifs durent s’immerger dans un Mikvé, apporter un sacrifice et accepter les lois de la Torah, et de la même façon un converti doit accepter la totalité des lois de la Torah, s’immerger au Mikvé. Il apportera son sacrifice très bientôt dans le Temple reconstruit, avec Machia’h.
 

loukhot3.jpg

LES NOMS DE LA FETE DE CHAVOUOT :
Fête de la promulgation de la Torah : Zman Matan Torah
Le sixième jour du mois de Sivan (c’était un jour de Sabbat), en 2448 après la Création du Monde, Dieu nous donna la Torah sur le mont Sinaï. La fête de Chavouot, les 6 et 7 Sivan, commémore ce grand événement.
 

loukhot2.jpg

Fête des Semaines : Hag Hachavouot
La fête est ainsi appelée parce qu’elle est célébrée à la fin des sept semaines de la période de l’Omer, qui commence la deuxième soirée de Pessa’h.
Mais Chavouot est aussi le pluriel de « chevoua », serment. Chavouot rappelle ici le serment de Dieu, de ne pas échanger Israël contre une autre Nation, et celui que chaque juif prononça, de s’attacher à Dieu et à Ses Commandements. Ces deux serments se renouvellent chaque année pendant la fête de Chavouot.

Fête de la moisson : Hag hakatsir
Dans le pays d’Israël, c’était la saison de la moisson, et notamment de la moisson du froment. La première offrande de cette récolte nouvelle était faite sous forme de deux pains de froment.
Fête des Prémices : Hag habikourim
La fête des Semaines marquait le commencement de la saison lors de laquelle on offrait des prémices à Dieu, lorsque le Saint Temple existait à Jérusalem.
La fête doit encore ce nom au fait que les « deux pains » offerts avec les sacrifices animaux ce jour là étaient également appelés les prémices de la moisson de blé.Chavouot est également le jour de la mort de Rabbi Israël Baal Chem Tov.

15 décembre, 2016

SOUFGANIOTH OU BEIGNET DE HANOUKA

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 10:31

photo 1           photo 3        photo 5

 

Pour 24 beignets environ : 

  • 500 g de farine tamisée
  • 1 carré de levure fraîche ou 2 cuillères à soupe de levure instantanée
  • 3 cuillères à soupe de sucre
  • 3 oeufs
  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • 1 verre d’eau tiède 
  • ¼ de cuillère à café de sel
  • huile pour friture
  • Pour la décoration :
  • sucre glace
  • 1 pot de confiture (cassis ou groseille ou confiture de lait etc…)

Mélanger tous les ingrédients pour obtenir une pâte élastique (si vous utilisez la levure fraîche délayée dans un peu d’eau tiède, si vous utilisez de la levure instantanée la mélanger directement à la farine). Couvrir la pâte et laisser lever dans un endroit chaud 1 heure ou plus, elle doit doubler de volume. Poser la pâte sur un plan de travail fariné et l’abaisser à 2 cm d’épaisseur environ. Découper des cercles de 5 cm de diamètre à l’aide d’un verre ou d’un emporte-pièce. Saupoudrer de farine et recouvrir avec un torchon. Laisser reposer 20 minutes environ jusqu’à ce que les cercles de pâte aient gonflé. Préparer un bain de friture de 180°. Faire frire les beignets 3 à 4 minutes de chaque côté en plusieur fois. Ne pas en faire frire trop en même temps, sinon la température de l’huile baisserait et les beignets boiraient trop d’huile. Sortir avec une écumoire et écouter sur du papier absorbant. Remplir de confiture une petite poche à douille. Quand les beignets ont un peu refroidi, pratiquer une petite ouverture latérale dans chaque beignet. Enfoncer le bec dans le beignet et introduire environ 1 cuillerée à café de confiture. Mettre du sucre glace dans un petit plat peu profond. Rouler chaque beignet fourré dans le sucre. Servir chaud.  

14 décembre, 2016

GAUFRES

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 11:28

gaufres.jpg

Pour 12 gaufres :

  • 250 g de farine
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 150 g de sucre
  • 100 g de beurre
  • 3 oeufs entiers
  • ½ litre de lait
  • sel

Au choix :

  • Eau de fleur d’oranger, vanille, citron, rhum…..

Faites tiédir le lait pour y faire fondre le beurre. Mettez la farine dans une terrine et la levure. Au centre, déposez le sucre, les oeufs, le sel. Tournez avec une cuillère en bois puis incorporez peu à peu le lait et le beurre, la pâte doit être bien battue, sans grumeaux. Incorporez enfin le parfum choisi. Faites chauffer le gaufrier, huilez-le, déposez vivement sur les plaques 2 à 3 cuillerées à soupe de pâte. La cuisson demande 4 à 5 minutes. Quand la gaufre est cuite, détachez-la délicatement du gaufrier. Laissez-la tiédir et servez-la avec du sucre glace, de la confiture ou de la crème chantilly, selon votre goût.  

 

 

 

 

CREPES

Classé dans : Hanoucca,Patisserie — fanfan18unblogfr @ 11:19

crpes2.jpg

Pour 12 crêpes :

  • 250 g de farine
  • ½ cuillère à café de sel
  • 2 cuillères à soupe de sucre
  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • ½ litre de liquide (moitié eau, moitié lait)
  • 3 oeufs
  • Parfum au choix

Mettez la farine dans une terrine, faites un puits, versez-y la moitié du liquide. Délayez peu à peu. Quand la farine est parfaitement hydratée, incorporez les oeufs battus en omelette. Mettez l’huile, le sel et le sucre. Versez le reste de liquide jusqu’à ce que la pâte soit coulante mais non liquide. Parfumez au choix. On peut faire la pâte rapidement dans un robot de cuisine. Si on mélange la farine et la moitié du liquide avant d’ajouter les autres ingrédients, inutile de faire reposer la pâte. Dans une poêle chaude et graissée, versez ½ louche de pâte. Nappez le fond. Au bout de quelques secondes de cuisson, les bords se soulèvent et se décollent. Lorsque la crêpe se détache de la poêle, retournez-la à l’aide d’une spatule pour cuire l’autre face. Faites glisser la crêpe cuite sur un plat maintenu au chaud.

 

 

1...34567...37
 

Italien-Pasta |
La Passion du Pigeon |
jennybouill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cuisine facile
| le coin des délices de zahida
| Que c'est bon !!!